Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Serge Métier

Elevage d'alaskan Husky. Randonnée en chien de traineau en laponie suèdoise. Le long de la plus grande piste de suède : la Kungsleden

Récit d'aventure

Publié le 14 Janvier 2009 par Serge Métier

Départ à 2h 45 de Gueudecourt. Beau temps, et -4 degrés. Tout s’annonce pour le mieux. Alain, mon frère ainé, est venu me joindre la veille. Cette année, nous ne partons qu’à deux. C’est une façon de se retrouver en famille, et peut être de mieux encore se connaître. Le camion est chargé à plein. Les chiens ont été bien entrainés. L’aventure commence. Nous traversons la Belgique et la Hollande en moins de temps que prévu. L’avantage de partir tôt est qu’il n’y a quasiment personne. De plus j’ai changé de remorque pour une bien plus petite. Ainsi nous gagnons en poids, et nous allons plus vite. •La traversée de l’Allemagne est plus difficile car nous croisons de nombreuses zones de travaux. Premier arrêt pour les chiens, juste après Hambourg. C’est de bonne augure d’être allés si loin. Nous pouvons donc embarquer à Puttgarden pour le Ferry à 12h30. Traditionnel Poulet Frite sauce citron. Nous avons à peine 45 minutes pour avaler ce somptueux repas arrosé d’une boisson gazeuse pour faire digérer. Le passage en douane est passé inaperçu. Il fait encore jour et nous ne mettons que 2 heures pour traverser le Danemark. J’ai toujours une appréhension pour la douane suédoise après le deuxième Ferry, car parfois le contrôle des papiers des chiens prends beaucoup de temps. Cette fois ci, personne à la barre. Tant mieux, nous gagnons du temps. C’est ainsi que nous arrivons à Jönköping pour dormir à l’hôtel vers 19 heures. Nous avons bien le temps de nous occuper des chiens, et de manger au Fast Food.
Le deuxième jour de route n’est pas des plus facile en général, car les tempêtes de neige sont fréquentes, et je m’en méfie. -2 degrés pour notre réveil à 5 heures du matin. Nous reprenons la route dans une nuit noire. Aucune trace de neige avant d’arriver à Gävle. La traversée de Stockholm ne fut aussi qu’une formalité. Premier arrêt pour sortir les chiens à Sundsvall. Ils commencent à bien connaître la route eux aussi. Ils sont bien disciplinés. La suite est un peu plus compliquée, car à partir de là, nous quittons la voie rapide pour avoir une route plus sinueuse, mais qui reste tout de même de bonne qualité. De très rares plaques de verglas viennent se loger ci et là. Mais rien de grave. Il ne fait que 0 degrés. Il semble que nous allons vers une canicule nordique. Umeå, deuxième arrêt, et deuxième Fast Food. Nous y trouvons notre bonheur, car il y a une borne Wifi. Nous pouvons consulter les prévisions météo, Elles ne sont pas bonnes. 5 jours de températures positives. Dur d’apprendre ça. Je sais quel genre d’effets font de telles conditions sur la neige fragile du Grand Nord. Nous n’avons pas le choix, il faut avancer. Nous quittons à partir de ce point la civilisation. Et nous nous enfonçons dans la nature profonde. Encore 5 heures de route, mais que nous avalerons en 4 heures. Il faut dire que les températures positives de ces derniers jours ont fait disparaître la glace de la route. Nous arrivons à 22 h à Umnäs. Kenneth nous accueille, et nous fait découvrir sa maison et son chenil de 50 chiens. Nous prenons possession de notre logement. Une superbe bâtisse en tronc d’arbre, vraiment féérique. Nous y devons faire le feu pour avoir chaud. Mais avec de telles températures, à peine besoin de chauffer. Nous avons maintenant 2 degrés à notre actif.



















•Premier jour à Umnäs.
Notre journée commence tôt, malgré le coucher à 2 heures du matin. Nous devons nous occuper des chiens. Et puis acheter de l’essence pour la motoneige. Nous déballons le matériel, la remorque pour les chiens est vraiment très sale à cause du sel mis sur la route entre Sundsvall et Umeå. Les chiens mangent copieusement. Le traineau est prêt. Kenneth nous a expliqué vaguement le plan des pistes. Nous éviterons les lacs car par +3 degrés, c’est pas génial de passer dans l’eau. Nous partons acheter la fameuse essence au magasin du coin à Slussfors. Pas de chance les réserves sont vides et ils doivent se faire livrer dans la journée. Alain devra donc venir avec moi sur le traineau. Je ne prendrai que 7 chiens. Artic n’est pas encore remis de ses blessures aux pattes. Il a bien suivi son traitement et semble aller mieux mais je vais attendre pour le remettre. Ca fera un baptême inattendu pour mon frère en traineau. Nous préparons ensemble la ligne de trait et les ancres à neige. Nous ne savons pas du tout où nous allons. Le départ est laborieux. Les chiens sont surexcités et le contrôle du traineau est rendu quasi impossible. En effet, la carrure importante des deux mushers accolés à l’arrière du guidon du traineau, rend la position instable. Aussi, Alain, se fait éjecter à de nombreuses reprises avant d’avoir fait les 100 premiers mètres. C’est épuisant de devoir se relever d’une neige profonde et poudreuse. Mais, courageusement nous reprenons notre périple. Je sent bien que mon frère commence à sentir l’équilibre sur les patins. Il n’est pas du tout habitué à ce genre de sport. C’est totalement différent du ski, et pour tout dire, à deux sur les patins, nous nous gênons fortement. J’arrive à ne pas tomber, de façon à ne pas lâcher les chiens qui risqueraient de partir sans nous. Nous les perdrions. Déjà au bout de 500 mètres, l’équilibre s’est créé. Et voici nos deux mushers en herbes parfaitement synchronisés. Nous faisons demi tour au bout de 7,5 km. Et bien content d’avoir réussi cet exploit.

•Deuxième Jour à Umnäs
Cette fois ci, nous avons le plein d’essence et nous pouvons commencer les premiers parcours avec la motoneige. Je prends 6 chiens. Je laisse Orvik et Artic. Ce dernier semble aller de mieux en mieux. Mais je vais encore attendre avant de l’atteler. Direction la montagne. Fjället !
Alain s’éclate totalement sur son engin mécanisé. A la différence du traineau, les muscles ne sont plus sollicités. Nous partons, au plus haut des sommets blancs. Normalement à partir de 600 mètres d’altitude, les arbres disparaissent. Mais nous nous arrêtons à 560 m. Nous ne connaitrons pas aujourd’hui le grand blanc nordique. Quelques photos viendront illustrer l’album familial.

Toujours 3 degrés. Décidément nous assistons en direct au réchauffement climatique. Il fait une température positive depuis 6 jours. C’est encore pire que l’année passée. On a de la chance que la neige fonde peu. Notre parcours de 34 km nous a fait bien plaisir, car nous avons découvert une région montagneuse de toute beauté. D’ailleurs tout le problème est que nous avons toujours envie d’aller voir un peu plus loin, et que les chiens ne sont pas inusables et qu’il faut faire demi tour à un moment donné. Sur le retour nous croisons un groupe de motoneige lancés à toute allure. Le premier a été limite de me passer dessus. Les chiens ont bien mérité une bonne gamelle de poulet et de croquettes. De retour je prend soin d’Artic laissé dans la remorque pendant notre périple. Il est là bien au chaud. Sa patte semble guérie. On va commencer à penser à l’atteler avec des bottines.

•3ème jour à Umnäs
Surprise ce matin il gèle. La nuit a été venteuse. Une véritable tempête. -3 degrés et une petite neige qui virevolte. Voilà qui met du baume au cœur. Je nourris un peu les chiens à 7h30 en leur donnant le poulet décongelé avec beaucoup d’eau. J’ai acheté cette viande à Kenneth, et à vrai dire, j’ai un bien meilleur résultat digestif qu’avec des croquettes pures. La décision est prise, je remet Artic dans le team. Alain part en avant avec le caméscope. La neige redouble de violence, et nous frappe le visage à tel point qu’il devient impossible d’ouvrir les yeux. Je rabats le devant de ma capuche afin d’éviter la glace dans les paupières. Alain peine à trouver la piste. Tout est effacé. Blanc sur blanc. Il doit souvent s’arrêter pour dénicher le bon chemin. Les traces de motoneige que je suis s’efface au fur et à mesure de mon avancement et j’ai aussi du mal de les trouver. Seuls les chiens parviennent à renifler le parcours. Artic ne pose aucun problème. Il faut dire que je l’ai bien bottiné. Nous suivons la grosse piste motoneige. Le problème étant que nous n’avons pas de cartes et que nous avançons au hasard. Aussi, nous débouchons à Homlsträsk, petit village de 3 habitants. Nous y faisons demi tour, car nous ne savons où continuer, la neige ayant tout recouvert. •C’est le nouvel an ce soir, aussi nous préparons le repas de galas. Foie gras, et champagne au menu, avec un petit confit de canard. Merveilleux. Minuit pile, coup de téléphone à la famille, et feu d’artifice improvisé par les voisins. Voilà un réveillon bien réussi.

•4ème jour à Umnäs
- 15 degrés. Beau soleil, la journée s’annonce grandiose. 6 chiens vont prendre le départ cette fois ci. Alain mènera toujours la tête avec la motoneige. La première difficulté est de traverser la rivière sur 1 km. Hier encore elle était recouverte d’eau. A voir de loin, il ne semble n’y avoir plus que de la glace. Aussi, nous nous élançons sans hésiter. J’ai mis des bottines à tous les chiens de façon à préserver leurs pattes. Nous passons sans encombres et nous traversons la route goudronnée. Direction la montagne. Les sommets sont à 650 m, et nous sommes toujours en pleine forêt. Les rayons du soleil viennent nous lécher le visage et cela donne des couleurs féériques au panorama. Les chiens ont la forme car nous progressons dans la poudreuse tombée d’hier. Personne n’est encore passé avant nous et Alain doit faire la trace avec le scooter. C’est une tâche difficile, mais il y arrive à la perfection. Nous galérons un peu dans la poudreuse lors des traversées de lacs, les chiens ont de la neige jusqu’au poitrail. Ils avancent par à coup. Nous croisons par hasard la grande piste qui relie Storuman à Tarnaby, aussi, nous la suivons et avons devant nous le paysage montagneux des hauts plateaux lapons. C’est splendide. La lumière rosâtre du soleil vient se refléter sur les cimes. C’est un paysage unique. 3 heures de traineau mémorables.

•5ème jour à Umnäs
-20 degrés cette nuit, c’est notre record. On s’aperçoit ainsi que la maison n’est pas bien chauffée car il ne fait que 14 degrés à notre réveil. Il faut dire que nous n’avons qu’un petit radiateur électrique pour toute la maison de 120 m². Nous avons un poêle à bois, et nous adorons nous y réchauffer. Le plus difficile le matin est de démarrer le scooter. Alain devient un véritable chef en la matière. 7 chiens prennent le départ. Je laisse de coté Lopa. Elle a le droit à un régime de faveur de façon à la ménager le plus possible. 36,5 km dans la montagne. Paysage superbe, et piste plus glissante que les jours précédents. C’était un très bon moment.

•6ème jour à Umnäs
Je visite le matin le chenil de Kenneth. Je retrouve des chiens de l’ancien chenil de Martin Tolotto. Ce sont d’anciens compagnons que j’ai connus en 1999 et 2001. Puis nous partons visiter Tarnaby, la station de ski locale. 60 km nous en sépare, mais c’est le village le plus proche de chez nous. La route pour y accéder est somptueuse. Nous logeons le fleuve. Et tout au long de ses méandres, nous sillonnons au milieu des falaises et montagnes enneigées.






















•7ème jour à Umnäs
-30 degrés. Il fait trop froid pour Alain. Il décide de rester au chalet pendant que je vais partir seul avec mes 6 chiens. Je vais donc traverser la route seul et prendre la piste de 4 km sur le lac gelé. Il faut donc passer sur une zone où il m’est impossible de freiner. C’est tout de même plus pratique d’avoir la motoneige devant. Cela fait un guide pour les chiens. Si un seul des deux chiens de tête décide de partir n’importe ou au milieu de la rivière, je ne peux freiner pour les en empêcher et je risque de partir dans un trou d’eau. Speedy, n’a pas eu cette intention. Je peux poursuivre et accéder à la zone alpine. Les cimes des montagnes sont éclairées de roses grâce à la lumière du soleil. C’est magique. Je croise cette lumière comme on croise un épais brouillard. C’est difficile à décrire comme sensation. Je dois mettre les sur gants pour éviter la gelée de mes doigts. Les chiens sont increvables à ces températures. Je progresse à 20 km heure de moyenne. C’est le record complet depuis que je suis ici. Je me limite à une boucle de 27 km car je sais que demain une plus grosse route nous attend.

•8ème jour à Umnäs
Nous nous levons à 7h30 par -16 degrés et déjà à 8 heures le thermomètre est passé à -7. C’est incroyable de voir la vitesse de changement de météo ici. Kenneth nous a changé de motoneige pour une plus nerveuse. Auparavant nous avions le modèle lourd. Maintenant Alain doit à peine toucher l’accélérateur que le voilà propulsé en avant. Nous repartons en direction de Tarnaby avec les chiens cette fois ci. Il neige et il fait du vent. Je n’ai pas froid. En réalité je me suis trop couvert et je meurt de chaud. Les chiens aussi d’ailleurs. Ils sont à la limite d’un coup de chaleur. Pourtant il fait – 2 degrés. Ils se sont habitués par -30. Aussi, nous avançons lentement. Quelle différence avec la veille. Après 20 km, nous arrivons à devoir traverser une rivière avec un pont de bois mal entretenu, et bourré de trou. Très difficile à traverser pour les chiens. Alain vient m’aider pour éviter qu’il ne se prennent les pattes dans les interstices du bois. Pas évident comme manœuvre. Encore 3 km et nous faisons demi tour. En réalité nous n’étions par sur la bonne piste. Mais comme je n’ai pas de carte, nous ne le savions pas. Il faut dire que nous avons fait tous les magasins du coin, ( c’est à dire les 2 seuls qui existent), et nous n’avions pas trouvé de cartes à acheter. 46 km de traineau en 4 h 30, on peut dire que j’ai été lentement. Mais les conditions étaient vraiment mauvaises. Neige et vent, ont effacés la piste. Nous nous sommes même perdus à un moment, obligeant Alain à des exploits pour sortir son scooter de la poudreuse. Nous arrivons au chalet à la tombée de la nuit, bien éreintés.
Juste avant la tombée de la nuit je profite d’aller chercher de l’essence au village voisin, Slussfors. Nous cherchons la maison de Peter Karlson, le musher vainqueur de la Grande Odyssée. Il a une grande demeure avec un super chenil éclairé en pleine nuit. Son camion légendaire est garé juste devant. Il faudra que je revienne en plein jour afin de voir ça au mieux.

•9ème jour à Umnäs
Petite neige ce matin. – 8 degrés. Je vais laisser le maximum de chiens au repos pour faire une plus grosse randonnée demain. Seuls 5 chiens vont prendre le départ. Nous allons au hasard et Alain dame une piste devant moi. Mes chiens avancent avec de la neige jusqu’au poitrail. 45 minutes pour faire 5 km. Et en prime mon QCR cassé sur le patin de mon traineau. Il va y avoir de la réparation de fortune à faire en rentrant. Nous rebroussons chemin tellement il est impossible d’avancer. Nous avons pris une mauvaise piste qui ne menait à rien. Demi tour et nous rentrons. 16 km pour aujourd'hui c’est déjà pas mal.

•10ème jour à Umnäs
-22 degrés. Nous nous préparons à notre plus grand tour. Les 8 chiens partent cette fois ci. Ils en ont tous envie. Le départ est brutal. La petite vis qui maintient le QCR tient le coup. Alain contourne le fameux scooterhotelet, puis nous bifurquons sur la grande rivière gelée. 1 km de large. Une petite trace la traverse. Nous suivons cette piste sans vraiment savoir où ça va nous mener. Mais nous faisons confiance à notre instinct. Un petit panneau Slussfors, nous indique le chemin à prendre. Nous logeons la route macadamisée et arrivons au chenil de Peter Karlson. Direction Tärnaby vers la gauche. Nous croisons un troupeau de rennes. Alain le traverse en motoneige. Je le suis de loin car je n’ai pas envie de recevoir un coup de corne en passant. Mais c’est vraiment magnifique de voir ces animaux mi sauvage dans leur milieu. C’est vraiment féérique. Il ne manque plus que le Père Noël. Alain doit faire demi tour car j’ai oublié le GPS au chalet. 14 km de scooter, histoire de se faire une petite pointe de vitesse avec l’engin mécanisé. Je vais l’attendre sur le bord de la piste. C’est ici que j’apprécie le silence de l’endroit. Il n’y a qu’ici où j’ai pu vraiment l’entendre. C’est un son strident qui prend dans les oreilles. Une sorte de sifflement. C’est ça le silence. 20 km plus loin nous arrivons au fameux lac de Kenneth. C’est lui qui a préparé la piste sur l’eau glacée. Nous sommes sous les rayons du soleil. C’est le meilleur moment depuis notre arrivée ici. Cette traversée est superbe. Nous pouvons presque tâter la lumière dorée. Cette randonnée de 48 km est vraiment la plus belle de notre séjour. Nous en garderons un excellent souvenir.

•Dernier jour à Umnäs
Tempête de neige ce matin, donc encore une fois, plus de piste. Alain va devoir faire aller son sens de pisteur indien. -10 degrés. Les flocons viennent fouetter notre visage. Je dois mettre le masque de protection afin de pouvoir ouvrir les yeux. Les 8 chiens sont attelés cette fois ci. Ils n’ont rien perdu de leur fougue au démarrage malgré les kilométrages d’hier. 10 cm de poudreuse et par endroit 20. La progression est très lente. Souvent je ne vois la motoneige devant moi. C’est le dernier tour. Je profite de la vision de la traversée du lac sur 4 kilomètres. C’est vraiment splendide ici. J’ai hâte de revenir en février avec ma famille.

Commenter cet article

Ellana Caldin 20/02/2009 15:46

^^Je profite de ce commentaire pour mettre un petit lien en rapport avec votre blog :http://les-futurs-mushers.forumactif.com/C'est un forum que je viens de créer qui parle du mushing, et qui à la base est fait pour les personnes qui veulent devenir musher plus tard. Les mushers pros et amateurs (ou les autres passionnés) sont bien sûr les bienvenus, on a besoin de monde pour répondre à nos questions !Merci et à très bientôt =)

lynda et alain 03/02/2009 17:36

ohhhhhhhhhh  le beau chalet

la cousine Aurélie 23/01/2009 09:49

Bravo Serge pour votre périple ! J'ai lu tout le récit de votre aventure ... Cela me fait rêver et me rappelle le film "Le dernier trappeur". Toute la famille Lambert embrasse la famille Métier !